La fois où j'ai frienzoné Tinder

2182

Cette semaine, comme un célibataire en détresse, j’ai rempli mon téléphone d’applications de rencontre pour en faire l’analyse.  

Après avoir regardé sur les 5 applications de « dating » : Tinder, Badoo, POF, Happn et mon classeur, je me suis rapidement aperçu qui devrait y avoir une seule application de rencontre puisqu’on croise toujours les mêmes personnes.

En gros, c’est peut-être des gens vraiment intenses qui consacrèrent tout leur temps au « dating. » Ils ont toutes les applications de rencontre et ils impriment même des photos d’eux avec une courte description pour brocher ça sur les arbres du quartier. 

J’ai décidé de critiquer une application, parce que t’sais, j’ai entendu dire que c’est ça le moyen de cruiser de nos jours : cliquer sur une photo pour montrer ton intérêt envers une personne. Dans mon temps, au primaire, y fallait que tu lances le ballon sur une fille de l’école pour lui montrer ton intérêt. Tu ne devais tout simplement pas trop la blesser au visage. 

Désolé pour ta dent Éloïse, j’t’ai lancé une solide garnotte en 4e année, mais c’était une garnotte d’amour, et de la vraie à part de ça !

Bref, maintenant que je me suis excusé, revenons à notre application de rencontre.

Dans le coin bleu, portant la culotte avec une flamme, championne mondiale des : « sa va », des photos de bateaux et des gens trop intenses, j’ai nommé, le Dollorama du pick-up line, Tinder.

Tinder c’est le « fastfood » du site de rencontre. C’est le moyen le plus rapide de matcher avec de belles personnes qui te feront prendre conscience, lentement, mais sûrement, qu’ils sont beaucoup moins jolies de l’intérieur. Quand tu vas à l’épicerie, tu ne choisis pas des chips en fonction de leur bel emballage. J’me demande si c’est une bonne chose de le faire avec des vraies personnes ? Finalement, ce n’est pas une application rencontre : c’est le Costco du désespoir. 

Tinder a un concept bien simple. Il te donne la possibilité de chercher des gars ou des filles âgés de 18 à 55 et + dans un rayon de 150 km. De quoi te rendre compte qu’y’a beaucoup trop de gens qui se nomment Cynthia et Jonathan. Heureusement, c’est très utile si t’as un fétichisme de toujours sortir avec des filles qui ont le même nom que ton ex. Ce mois-ci, je date juste des Amélie. Ça se fait, crois-moi. 

J’ai testé l’application et je me suis vite rendu compte que c’est un peu étrange un réseau social où, à la place de partager des photos et des vidéos, tu partages des gens avec d’autres gens. Coudonc ! Est-ce qu’il y a quelqu’un qui va lever un « flag » et le dire que c’est un peu dégueu ? 

Autre option que Tinder offre, outre que le simple « Like » pour démontrer ton intérêt, tu peux « SUPERLIKER » une personne. C’est comme lui crier à 3 h du matin en sortant d’un bar : « EILLE, TOÉ, l’inconnu, juste te dire que toutes les autres personnes que j’ai croisées ici avant toi, n’étaient pas aussi excitantes. » C’est super méchant, mais super gentil en même temps. 

Je dois l’avouer, j’ai rencontré de super bonnes personnes, drôles, intéressantes et intelligentes qui m’ont fait savoir que c’était moi, la mauvaise personne ! Finalement, c’est peut-être juste moi le problème.

Mes notes pour Tinder

La qualité des gens : 7/10.

L’application en tant que telle. 8 sur 10. C’est facile et c’est peut-être ça le problème. Donc 6 sur 10.

Suivez-en plus de Kevin sur Facebook.

 

Ta réaction ?