Mon horrible trip de mush

1890

À 17 ans, j’ai pris des champignons magiques, et j’ai fait un méchant « bad trip ». Voici une liste des choses qui me sont arrivées durant mon horrible expérience en camping avec des amis :

Voir en noir et blanc. D’une seconde à l’autre, ta vie passe du HD à une vieille télé des années 40.

Ouvrir une bouteille d’eau et voir des diamants tomber, cligner des yeux, réaliser que je suis toujours pauvre et toujours aussi défoncé.

Trouver que c’est beau du ciment, marcher à quatre pattes pour le regarder et réaliser que du ciment c’est très dur sur les genoux.

M’embarrer dans un char à 32 degrés avec des amis en pensant qu’il y a des guêpes qui nous attaquent. 

Sortir du char en pensant que les guêpes sont rentrées dans la voiture.

Vaporiser du RAID dans le char. 

Re-entrer dans le véhicule, réaliser qu’on va peut-être s’intoxiquer aux vaporisations de RAID, sortir du char, trouver le char VRAIMENT TROP BEAU, mettre de la musique et danser.

Rire pour rien.

Faire rire de moi pendant 15 minutes par mes amis qui affirment que mes mamelons « flashent » mauve.

Me rendre compte que je ris pour rien et rire parce que je ris de rien, mais réaliser que finalement, je ris pour quelque chose.

Être content d’enfin rire pour une vraie raison, mais me sentir un peu confus.

Me répéter pour la 1000è fois : « me semble que j’ai la yeule pâteuse ». 

Halluciner que tous les gens sur le terrain de camping ont les cheveux roux.

Pas être sur si j’ai une érection ou non dans le line-up du casse-croûte.

Me perdre dans le bois, crier « au secours je suis perdu », me faire raccompagner à ma tente par un gars qui pisse pas loin de là, et réaliser que j’étais seulement à 20 mètres de ma tente.

Bref, c’était la dernière fois que je faisais du mush ! 

 

Suivez en plus de Kevin sur Facebook

Ta réaction ?