Nos trucs pour combattre la procrastination

900

École, pas école : c’est la rentrée pour tout le monde. Il commence à faire noir plus tôt, du coup notre humeur devient moins ensoleillée, et le trafic redevient « le fun » (à lire avec sarcasme). Besoin de conseils pour cesser d’être un adepte de la procrastination, à cette période de l’année? En voici quelques-uns, gratuitement, pour toi. Aussi bien en profiter, il n’y a pas grand-chose de gratuit, dans la vie…

Procrastination : nom féminin. Tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain.

Merci Larousse. 

1) Planifie le lever de ton corps de façon graduelle. La première journée, permets-toi 13 « snooze » s’il le faut, avant de sortir du lit. Puis, diminue d’un à chaque jour qui passe. Tu verras que c’est presque le fun!

 

2) Affiche une playlist de chansons à fredonner sous la douche sur le mur de la salle de bain. Ferme les yeux et pointe ton doigt sur la feuille au hasard. Ça te motivera à te savonner plus rapidement pour éviter d’avoir du savon dans la bouche.

 

 

3) Fais une liste des choses à faire… et à ne pas faire, tant qu’à  y être. Pour chaque chose à faire (la vaisselle, payer les comptes, marcher avec le chien, etc.) cochée, permets-toi deux à ne pas faire (regarder la télé jusqu’à 3 heures du matin, prendre une quatrième bière, porter les mêmes boxers deux jours consécutifs, etc.). À chacun d’aller chercher sa motivation où il veut!

 

4) Étale tes tâches sur plusieurs jours. Par exemple, n’attends pas que ton sac à ordures déborde avant d’aller le mettre au chemin quitte à faire ça et retarder l’aspirateur, parce que du jus de poubelle, ça pue pas mal plus que de la poussière.

 

5) Calcule le nombre de temps que ça prend pour faire quelque chose de vraiment poche, comme le ménage ou l’épicerie, et fixe-toi le défi de le faire plus rapidement la prochaine fois. Se surpasser : il n’y a rien de mieux pour combattre la procrastination.

 

 

6) Mais bon, tant qu’à vivre dans le déni, si tu deviens perdu et que tu en viens à te demander si tu as fait telle ou telle chose, dis-toi que c’est fait depuis hier, ainsi, on s’entend que tu ne le remets pas à demain. C’est un pensez-y bien…

 

Ta réaction ?